Texte à méditer :   Ils se moquent de moi parce que je suis différent. Je me moque d'eux parce qu'ils sont tous identiques!   Kurt Cobain
 
Vous êtes ici :   Accueil » 1_Le brame du cerf
 
 
Administratif
 ↑  
Vie de l'école
 ↑  
Pages des CE2
 ↑  
Pages des CM1
 ↑  
Pages des CM2
 ↑  
Rire et réfléchir

 ↑  
Visites

 96727 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Calendrier
LE BRAME DU CERF

1.jpgPascale et Benjamin Joffre sont venus à l’école nous parler du brame du cerf.

Au début de l’automne, entre le 15 septembre et le 15 octobre, des cris rauques et profonds retentissent dans la forêt, c’est le brame. Ce mot désigne à la fois le cri du cerf et la période du rut. Les deux phénomènes sont très liés.
Le brame se déclenche chez le mâle en présence des femelles. Plus l'été a été chaud, plus le brame arrive tôt en saison.12.jpg

Au moment où il pousse son long cri guttural, le cerf allonge le cou, retrousse lèvres et narines et ses yeux chavirent.

Ce cri a plusieurs effets : Il signale la présence du mâle à la femelle et il intimide les 2.jpgrivaux.

     Les vieux mâles veillent jalousement sur leur  harde, essayant en plus d'attirer les femelles de la harde voisine. Ces hardes peuvent atteindre 30 têtes à cette époque. Ils ont fort à faire jour et nuit : surveiller les femelles, s'accoupler avec celles qui sont prêtes, décourager les jeunes mâles qui essayent de leur voler celles qui s'éloignent...11.jpg

     Les jeunes mâles n’ont pas encore de harde et ils peuvent devenir très pressants. Parfois, le combat est inévitable… la plupart du temps, les manœuvres d'intimidation peuvent suffire car les vieux mâles ont 7.jpgde l'expérience et savent se faire respecter. Sinon le bruit des bois s'entrechoquant résonne dans la forêt. Ce n'est pas un combat à mort mais certaines fois l'un des combattants peut être mortellement blessé. Il arrive aussi que les deux cerfs restent coincés, leurs bois emmêlés, ils meurent alors tous les deux d'épuisement.4.jpg

 Il n'est pas rare de voir à cette époque des cerfs avec des touffes d'herbe accrochées aux bois. La surexcitation les fait labourer l'herbe à grand coup d'andouillers.

15bichefaon.jpgPendant le brâme, la période de fécondité de la biche est très courte, moins d'une journée. Le cerf par contre a une faculté d'accouplement de presque un mois.

 C'est une période très éprouvante physiquement pour les cerfs. Ils ne mangent 14.jpgpresque rien et n'ont aucun de répit :  jour et nuit, ils combattent, s’accouplent et surveillent leurs femelles. Ils peuvent perdre jusqu'à 20 kg pendant cette période. Les jeunes mâles ont toute leur chance à la fin du rut quand les vieux à bout de force ne peuvent plus surveiller leur harde.

9.jpgLa femelle et le mâle ne cohabitent qu’à l’occasion du rut. C’est la femelle qui se charge seule de l’éducation des petits. La cellule familiale regroupe en principe une femelle, un jeune de moins de deux ans (bichette ou daguet) et un faon (le petit de l’année). Ce petit groupe peut en rejoindre d’autres et dans ce cas la harde est dirigée par une biche meneuse.

La vie du mâle est très différente. Il n’a aucun sens de la famille. Dès qu’il 16faon.jpgquitte sa mère vers 18 mois, il intègre une harde de mâles qu’il peut quitter à tout moment.
La hiérarchie est très marquée. 13.jpgUn vieux cerf domine un cerf moins âgé qui lui-même commande à un plus jeune et ainsi de suite jusqu’au daguet nouvellement intégré. Au début de l’automne, les grands mâles quittent le groupe pour rejoindre les femelles sur les lieux de brame. Pendant toute la période de rut, le mâle veille sur son harem de biches et en expulse tout autre prétendant.

C’est la seule période de l’année où le cerf, habituellement placide devient violent.

 Pascale et Benjamin nous ont apporter des vidéos et des photos qu’ils ont faites des cerfs de Cerdagne. Ils ont également apporté des tas de bois de cerfs qu’ils ont trouvés en montagne et nous ont expliqué comment on peut deviner l’âge des cerfs en fonction de la grosseur et de la forme des bois.bois_cerf.jpg

Chaque année, les mâles perdent leurs bois au mois de février pour les plus âgés et au printemps pour les plus jeunes. A la différence des bovidés qui ont des cornes persistantes et creuses, le cerf a des bois ossifiés qui tombent et repoussent chaque année.

Dès leur chute, un flux sanguin important est dirigé vers les pivots puis irrigue chaque andouiller (les pointes). Leur croissance est phénoménale : un centimètre par jour environ !

6.jpgTout au long de leur développement, les tissus spongieux se minéralisent pour former un os compact. Pendant ce temps, les bois gainés de velours, sont très sensibles et le cerf fait attention pour ne pas les heurter. L’ossification terminée, le velours protecteur se détache par lambeaux. Le cerf se frotte contre les arbres pour en accélérer la chute. Au bout d’une centaine de jours, le cerf aura une nouvelle ramure avec deux pointes (andouillers) de plus pour les cerfs de moins de six ans.

Benjamin et Pascale nous ont également passé de nombreuses photos nocturnes prises par un PIEGE.jpg« piège à photos ». C’est une sorte d’appareil photo qu’ils placent dans la forêt et qui ne se déclenche qu’au passage des animaux. Pour les attirer, Benjamin prend soin de répandre PIEGE2.jpgun peu d’huile essentielle. C’est souvent le seul moyen de surprendre des animaux qui ne sortent que la nuit. Nous avons ainsi pu voir des photos de martre, de loup, de grand tétras, de genette, de putois, de loutre, de chat forestier, de blaireau, de lièvre, d’écureuil, de fouine….

Pour terminer la séance, nous avons appris à dessiner un chevreuil et un sanglier…


Date de création : 19/08/2018 @ 12:32
Catégorie : Vie de l'école - Archives
Page lue 1169 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » 1_Le brame du cerf