Texte à méditer :   Un problème sans solution est un problème mal posé.   A. Einstein
 
Vous êtes ici :   Accueil » 1_Un gendarme à l'école
 
 
Administratif
 ↑  
Vie de l'école
 ↑  
Pages des CE2
 ↑  
Pages des CM1
 ↑  
Pages des CM2
 ↑  
Rire et réfléchir

 ↑  
Visites

 141730 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Calendrier
Un gendarme à l'école

1.jpg

     Aujourd’hui, un maréchal des logis chef de la BPDJ, (Brigade de prévention contre la délinquance juvénile) est venu en classe pour nous parler du respect des autres, de la violence et des sanctions que l’on encourait  si on ne respectait pas la loi.

 La BPDJ, qu’est-ce que c’est ?

     C’est une brigade spéciale mise en place dans quelques départements au début des années 1990 suite au constat alarmant de l’accroissement de la délinquance des mineurs et du développement des violences, notamment dans les quartiers sensibles et les établissements scolaires.

2.jpgTrois  types de mission sont prioritairement assignés à la BPDJ :

Prévenir : C’est le travail le plus important de la BPDJ. L’action préventive conduite au bénéfice de la jeunesse a pour objet d’empêcher toute manifestation d’incivilité et de délinquance à l’encontre des mineurs ou de la part de ceux-ci. Elle se traduit d’abord par une présence soutenue, visible et apaisante, dans la zone d’action de l'unité. La surveillance exercée, ainsi que les contacts noués de façon régulière avec le plus grand nombre de jeunes et les personnes de leur environnement familial et social (gardiens d’immeubles, médecins, commerçants, …), permettent d’acquérir la meilleure connaissance des individus et des lieux.

Renseigner : La connaissance de leur zone d’action permet aux militaires de la BPDJ de capter les attentes des jeunes , d’évaluer la pertinence des actions conduites par la gendarmerie en leur faveur et de percevoir les signaux d’alerte , révélateurs d’une dégradation du climat social dans le ou les quartiers où ils agissent.

Faciliter et accompagner l’intervention :  La BPDJ constitue un partenaire privilégié pour toute formation de gendarmerie devant conduire violence-enfant.jpgune intervention dans la zone d’action impartie à cette unité.

     Les missions de  la BPDJ  s’exécutent, en liaison avec d’autres unités de gendarmerie, avec d’autres administrations de l’Etat et avec d’autres acteurs non-institutionnels (personnels de la protection judiciaire de la jeunesse, magistrats spécialisés, éducateurs, travailleurs sociaux, chefs d'établissement de l'éducation nationale et enseignants, représentants des services de secours, de la police municipale, agents locaux de médiation sociale, etc.).

le gendarme a répondu aux questions que se posaient les élèves….

Est-ce qu’un enfant peut aller en prison ?​     On ne peut pas aller en prison avant 13 ans ! Mais on est considéré comme responsable de ses bêtises à partir de 10 ans  et on peut être puni de plusieurs façons :

  • être condamné à un travail d’intérêt général,
  • être placé dans un centre d’éducation renforcée.

P1240143.jpgEst-ce que les enfants qui sont placés en famille d’accueil ou en centres d’accueil ont fait des bêtises ?

      Pas du tout. Le placement en centre ou en famille d’accueil est décidé par le juge pour des motifs très divers : souvent c’est pour les protéger : soit parce que leurs parents ne peuvent pas bien s’occuper d’eux pour diverses raisons, soit pour les mettre à l’abri de mauvais traitements ou de mauvaises influences de leur entourage, parfois c’est pour les protéger d’eux-mêmes.

Si on est attaqué, est-ce que l’on a le droit de se défendre ?

     Il ne faut jamais essayer de régler le problème tout seul. Aux yeux de la loi, deux individus qui se battent sont coupables tous les deux. La P1240147.jpgloi ne cherche pas à savoir qui a commencé ! Si quelqu’un meurt pendant une bagarre, on est responsable de la mort de l’autre, même si on ne l’a pas fait exprès et même si c’est l’autre qui a attaqué le premier ! En cas de problème, il faut essayer de calmer l’autre, si on n’y parvient pas, il faut l’ignorer, si cela ne marche pas non plus, il faut aller chercher le maître si cela se passe à l’école, ou n’importe quel adulte en qui on a confiance.

1.jpgC’est quoi un casier judiciaire ?

     Quand on commet un délit ou un crime, c’est inscrit dans notre casier judiciaire. Tout adulte en a un. Pour pouvoir exercer certains métiers : instituteurs, fonctionnaires, infirmiers, il faut pouvoir prouver que l’on n’a commis aucun délit ou crime et présenter un casier judiciaire vierge.5-prevention-delinquance.jpg

Que faut-il faire si l’on est maltraité ? 

     Il faut en parler à un adulte en qui on a confiance. On peut également composer le 119 : C’est un numéro d’écoute et de conseils qui informe sur ce qu'il faut faire en cas de problème. En tous cas, il ne faut pas le garder pour soi car la personne qui se conduit mal va continuer à le faire.

Le gendarme nous a ensuite expliqué pourquoi il était important de respecter la loi. Les règles servent à protéger tout le monde, c’est pour cela qu’il faut que les enfants apprennent très vite  à respecter les autres pour que tous nous puissions vivre ensemble. Elle nous a dit qu’il existait 3 sortes d’infractions :

7672693930_l-etude-de-l-observatoire-international-de-la-violence-a-l-ecole.jpgLa contravention : Les insultes par exemple peuvent être punies d’une amende pouvant monter jusqu’à 1500 euros.

Le délit : Des insultes sur internet sont considérées comme un délit. De même insulter un fonctionnaire, ou quelqu’un pour sa religion, sa race ou son handicap est rangé dans la catégorie des délits et mérite une sanction plus forte qu’une simple contravention. On peut être puni d’une amende de plus de 1500 euros et d’une peine de prison qui peut aller jusqu’à 10 ans !

Le crime : La violence avec arme peut être sanctionnée d’une énorme amende et d’une peine de prison de plus de dix ans.

      Avant d’être mis en prison, le suspect est mis en garde à vue pendant une durée de 24 à 48 heures. C’est  le temps qu’il faut aux policiers pour l’interroger…

Il  nous a dit aussi que souvent, quand on avouait la bêtise que l’on avait faite, on était puni moins sévèrement que si l’on s’obstinait à mentir. Tous, grands ou petits, nous devons assumer nos fautes.

     A la fin de l’après-midi, nous avions tous bien compris le message que le gendarme voulait nous faire passer et que le maître nous répête à logo.jpglongueur d’année : il ne sert à rien de se montrer agressif ou d’insulter les autres….

Mais est-ce que nous allons changer nos habitudes ? ? ? ? Est-ce que nous allons nous montrer moins bagarreurs? Est-ce que nous allons essayer de mieux communiquer entre nous, sans tout de suite avoir recours aux insultes, ou aux coups ? ? ? ?


Date de création : 19/08/2018 @ 12:21
Catégorie : Vie de l'école - Archives2018
Page lue 514 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » 1_Un gendarme à l'école